A l’heure de l’explosion des réseaux sociaux, il est indéniable que certains des bénéfices sont reconnus et appréciés par tous et ce également dans le monde de la santé.

Au premier rang d’entre eux, l’augmentation de l’accessibilité à l’information santé.
Les réseaux sociaux permettent de développer plus d’interactivité entre le grand public, les patients et les professionnels de la santé, tout en offrant la possibilité d’adapter l’information santé en fonction du public ciblé.
Comme l’ont démontré les événements de ces dernières semaines, les réseaux sociaux ont la capacité de jouer un rôle de soutien social et dans certains cas de soutien émotionnel. Leur pouvoir d’influence est de plus en plus puissant et peut orienter les politiques de santé.
N’oublions pas également, qu’ils peuvent permettre d’effectuer une surveillance en santé publique.

Mais il existe également des limites à leur utilisation…

La limite principale des réseaux sociaux est celle de la qualité et la véracité de l’information santé partagée.
L’utilisation des réseaux sociaux entraine dans bien des cas un excès de publications, excès appelé par les experts « infobésité ».
Les problèmes de confidentialité et de propriété de la donnée, pour les patients comme pour les professionnels de santé restent des enjeux majeurs, et les problématiques de sécurité des plateformes sont souvent au cœur des débats .
N’oublions pas également qu’il est, pour certains patients, très complexe d’adapter à leur situation personnelle les informations glanées sur les réseaux sociaux.